Qu’est-ce qu’une butte de permaculture ?

Dans le vaste monde des plantes et des graines, on retrouve souvent des termes inconnus. Ils font référence parfois à des cultures que nous connaissons mais qui nous semble vague tout simplement. En effet, la culture est un domaine intéressant dans son ensemble car diverses pratiques connaissent toujours le jour.

Et souvent dans une perspective d’améliorer la plantation ou la façon dont nous procédons. Parmi les termes les plus courants depuis ces quelques mois, on retrouve la permaculture. Si la notion est connue de certains, d’autres demeurent dans le flou. Dernièrement nous parlons surtout de butte de permaculture.

Ce qu’est la permaculture ?

permal

Si le mot « butte » n’est pas réellement nouveau, ce n’est pas le cas avec le mot « permaculture ». La permaculture est plus un concept qu’une pratique qui nous passe soudainement dans la tête. C’est une éthique en soi qui dicte ce qui est bien autant pour nous que pour la nature.

Une philosophie en pleine expansion, la permaculture c’est l’art de prendre en compte le rôle de chacun. Mais elle fait référence aussi au partage équitable que l’on doit retrouver au sein d’une société.

Il est alors question d’aborder une nouvelle approche loin des théories de gaspillages irraisonnés. La permaculture permet à chacun de voir l’économie sous une nouvelle forme tout en ayant un écosystème productif en nourriture.

Même avec une approche aussi philosophique, la permaculture est une idée assez fraiche car elle a fait son apparition dans les années 70. Le temps de la mise en valeur de la terre et d’une vie plus saine. Elle vient de l’anglais « permanent agriculture » qui fait référence à la façon de cultiver la terre tout préservant sa fertilité.

Et c’est à partir de ces mots avec leur explication que l’on a obtenu le mot permaculture. Depuis elle est retrouvée dans nos jardins. L’idée est de vivre en autosuffisance : avec ses propres productions.

Aussi bien de la réflexion que de l’action

gardenn

Ce qui fait la différence avec les autres pratiques c’est que la permaculture se base sur de la réflexion. Et rien ne peut être entamé sans celle-ci. Une raison pour laquelle il est aussi surtout question d’éthique.

On peut alors résumer la permaculture à travers les quelques points suivants :

  • La nature est importante donc il faut en prendre en soin. Et par cela on parle de l’écosystème en général.
  • Prendre soin de soi en tant qu’être humain. Notre être est précieux comme tous les autres vivants que ce soit au sein d’une communauté ou dans le but de préserver la génération future.
  • Promouvoir une bonne abondance et éviter le gaspillage. On fera alors en sorte de redistribuer les surplus.

Les principes de la permaculture

perlou

La chose qu’il faut principalement retenir c’est que la nature est intelligente. Elle est en mesure de créer des écosystèmes profitables à chacun et respectant l’équilibre. Elle est méticuleuse et jouit d’une observation hors pair. Et c’est de là qu’elle tire quelques principes directeurs universels.

La permaculture se base sur ce fonctionnement de la nature. Il n’est pas alors question de passer par une culture dans le but seulement de produire. Il est surtout question d’observer et de tirer des conclusions probantes. Mais dans ce processus, il faut aussi respecter la nature dans tous les sens du terme.

L’idée finale est alors d’y introduire les activités humaines sans que l’on dérange ce magnifique processus.

Par respect de la nature on entend alors la diminution des déchets, le remplacement des biocides et arrêter les dégâts subis par la nature à cause de nos productions en masse.

Bien que l’idée de la permaculture vienne à nous comme étant adaptée aux fermes ce n’est pas toujours le cas. Car la permaculture c’est aussi pour les usines. La permaculture c’est donc une nouvelle vision qui va au-delà de la simple production agricole.

Selon Sampson-Kelly et Michel Fanton : « La permaculture, c’est aider les gens à faire des choix de re-design : fixer de nouveaux buts et apporter un changement dans la manière de penser qui affectent non seulement leurs actions chez eux, mais également leurs actions sur leur lieu de travail, leurs emprunts et leurs investissements ».

La nature comme source d’inspiration

bebe

La nature est intelligente. Même après une massive destruction, elle est capable de se régénérer. Et en fonction de l’environnement ou du contexte, elle est capable de créer un nouvel écosystème. Et c’est cette intelligence hors du commun qui fait la particularité de la nature.

Et dans son développement elle suit toujours un processus complexe tout en demeurant en symbiose avec les autres entités vivantes. C’est surtout sur cela que base la recherche de l’autosuffisance. Et c’est à travers cela que la permaculture veut se développer.

Celle-ci utilise alors des modèles d’écosystèmes naturels. Évidemment elle ne peut copier fidèlement ces modèles mais essaie tout simplement de s’en rapprocher le plus possible. Parmi les modèles fondamentaux par exemple on retrouve le modèle de l’arbre.

Ce dernier étant composé de sept strates : la canopée, les fruitiers nains, les arbustes, les herbes annuelles, plantes de couverture, la rhizosphère, la strate verticale, la mycosphère.

L’aménagement de l’espace

permo

Le plus important dans la permaculture est l’aménagement de l’espace. En effet, elle n’est possible que si la zone a été correctement délimitée en se basant sur le respect de la nature. L’idée est alors d’observer les zones existantes dans la nature.

Le but étant de les comprendre et d’appliquer une culture adéquate. D’après quelques théories, l’aménagement de cercles concentriques aide la mise en valeur d’un espace en fonction de sa distance avec le centre.

De ce fait, plus la zone est située loin du centre,  plus la viabilité de quelques productions en sera menacée.

Quels facteurs prendre en compte ?

La permaculture ne se fait pas de n’importe quelle manière. Outre la réflexion demeurant indispensable, d’autres facteurs sont à prendre compte :

  • L’agriculture biologique : parce que la nature dans sa forme biologique est la seule pouvant assurer la pérennité de la permaculture. Mais c’est aussi le meilleur moyen d’atteindre une efficacité énergétique considérable. Parce que l’idée est de rationaliser les pratiques en valorisant les bénéfices induits des écosystèmes.
  • Le respect de la forêt car c’est elle qui génère la plupart de nos ressources.
  • La compréhension de la biodiversité et comment peut-on expérimenter le compagnonnage.
  • La plantation de plantes vivaces qui sont moins contraignantes étant donné qu’elles ne demandent que peu de soins.
  • L’importance de la présence des animaux car ils peuvent lutter contre les nuisibles et les mauvaises herbes.
  • L’énergie renouvelable privilégiée au détriment des énergies fossiles.

La permaculture dans le jardin

perml

Bien que la permaculture soit applicable un peu partout c’est le jardin qui demeure le plus accessible. On s’adresse surtout à ceux qui veulent s’initier à cette pratique. Pourquoi le jardin ? Il est plus facile de cultiver certains légumes et fruits.

Et en appliquant quelques règles strictes, il est possible de passer à une autonomie complète à ce niveau. Bien sûr, dans ce processus, il est primordial de toujours respecter la nature. De ce fait, ne jamais négliger la pratique biologique mais aussi un compagnonnage des plantes.

Une manière à faire fructifier les produits en sachant pertinemment quel légume va avec lequel. Et il en va de même avec les fruits et les autres plantes. Planter deux plantes en même temps l’une à côté de l’autre, elles peuvent ainsi se compléter et s’aider mutuellement.

Mais il ne faut pas aussi oublier une organisation plus design car la permaculture se base aussi sur cette notion. C’est le cas par exemple avec la permaculture en butte. Une alternative prisée permettant d’optimiser la production mais également sa qualité.

La permaculture c’est aussi un moyen efficace pour subvenir à ses besoins. Depuis quelques temps, la tendance sera vers une vie ancrée avec la nature. Cela inclue de ce fait un mode de vie différent. L’idée est de basculer vers le bio, loin d’être nocif pour notre santé mentale et physique.

Et dans cette ligne de mire, l’autosuffisance se retrouve aussi dans le lot. Il n’est pas rare alors de rencontrer des familles qui décident de déménager subitement. Elles sont à la recherche de nouveaux terrains situés loin des villes. Certaines achètent des fermes biologiques et de vieilles maisons à rénover. Le but étant de vivre en étant en totale autonomie. Et cela ne se limite pas à la plantation.

Ces personnes possèdent leurs propres ressources renouvelables. C’est le cas des énergies. En suivant des règles strictes, il est alors possible de passer à une totale autonomie. Tout cela sans oublier les animaux pour avoir des œufs et de la viande.

Une butte de permaculture c’est quoi ?

papapa

Maintenant que le terme permaculture est expliqué, nous pouvons passer à la butte de permaculture. A noter aussi lorsque l’on aborde la permaculture on revient aussi à parler de butte car cette pratique est très courante. Le terme butte est assez vague pour certaines personnes.

Cela fait référence à une grande variété de support de cultures différentes. Mais pour faire simple, une butte de permaculture est un support surélevé ou un peu plus en hauteur par rapport à la surface du sol initiale. Et dans le domaine de la plantation, on ne parle pas d’une seule butte mais de plusieurs buttes.

Si d’autres demandent que l’on creuse le sol, certaines veulent des bordures spécifiques. Il existe donc des différences notables entre les buttes en fonction de leur composition et de leur forme. Et tout cela en prenant en compte les matériaux que l’on utilise.

Un autre problème récurrent : l’association des mots butte et permaculture. Est-ce que faire des buttes c’est ainsi pratiquer la permaculture ? La réponse est non étant donné que la permaculture est un concept et non une technique de jardinage.

A la différence de la butte qui en est une. La permaculture c’est prendre en compte le contexte actuel mais aussi respecter et comprendre la nature. Notons que la butte est une technique de la permaculture contextuelle. C’est-à-dire que la butte de permaculture est conçue en fonction du contexte de chacun mais aussi des objectifs bien définis à l’avance.

Pour faire simple donc, il est possible que la butte de chez vous ne soit pas tout autant efficace chez votre voisin. Une raison pour laquelle il est toujours primordial de définir ses objectifs avant de passer à la conception d’une butte.

Mais il faut également prendre en compte le contexte dans lequel vous vous situez. Vous allez alors comparer votre contexte aux contextes recommandés pour telles ou telles techniques de buttes connues en permaculture. Et cette étape est indispensable pour créer une bonne butte de permaculture.

Comment connaître la butte de permaculture idéale ?

Pour cela, il n’y a pas de magie, il faut savoir observer et étudier le terrain. Et cela en prenant toujours en compte le contexte actuel. Comme nous l’avons précisé un peu plus haut, afin de définir la butte idéale, il faut déterminer vos objectifs.

Mais aussi ne jamais mettre en marge les fameux contextes : climat, sol, physique, humain, écologique, les zones de productions à côté, etc. C’est par la suite que vous allez comparer vos contextes aux contextes adaptés pour telle ou telle butte de permaculture.

La butte en permaculture n’est pas toujours indispensable. Il existe des contextes ou elle n’est réellement pas utile. La culture sur butte est surtout conseillée pour les régions aux sols caillouteux, pauvres en matières organiques et très secs.

Dans ce genre de contexte, la butte est très appréciée en se limitant toutefois à de petites surfaces. Mais pour que le sol soit plus fertile, il est nécessaire d’ajouter jusqu’à 40 cm de compost. En tout la butte est idéale pour les sols très pauvres.

Comment créer une butte de permaculture ?

propro

Il existe la version basique c’est-à-dire les bases incontournables pour chaque butte. Evidemment, selon la butte, quelques différences sont à noter.

Mais si vous voulez posséder votre propre butte, cela n’est relativement pas difficile dans la mesure où vous suivez toutes les étapes mentionnées :

  • En premier lieu, il vous faut un terrain. Un bout de terrain peut faire largement l’affaire. Il vous faudra aussi un double-mètre, une bêche, un cordeau et un peu de force dans les bras.
  • Avant de passer directement au travail, il faut tout de même un plan sur papier que vous allez suivre après. Prenez les mesures nécessaires et faites des tracées au cordeau sur les allées.
  • C’est par la suite que le vrai travail commence. Prenez la bêche et faites des creux sur les allées à une profondeur de 25 cm. La terre que l’on va récolter va par la suite servir pour faire la butte.
  • A cette terre vous allez ajouter une abondante couche de compost décomposé. Créez ensuite la butte avec ce mélange (la butte est la terre en surélévation effectuée avec la terre récoltée).
  • Pour maintenir les bords vous pouvez utiliser des planches ou encore du plessis. Celui-ci est plus fragile mais il est conseillé pour les personnes qui recherchent de l’esthétisme. L’utilisation de planches n’est pas obligatoire mais elles sont toutefois conseillées pour lutter contre l’érosion. En effet avec des pentes assez fortes, l’érosion et le lessivage d’éléments sont à craindre. Si les planches ne sont pas de votre gout, vous pouvez faire pousser un tapis d’herbes qui seront en mesure de retenir la terre. On pourra les tailler une fois qu’elles sont trop hautes.
  • Sur le côté exposé au vent, plantez des arbustes qui pourront servir de coupe-vent.
  • Vous allez constater qu’au fil du temps, la butte va perdre de son volume. C’est-à-dire que la terre va s’affaisser. La terre va retrouver sa densité optimale et elle restera toujours fertile. Mais il ne faudra jamais oublier de l’alimenter avec le de la matière organique en surface.

Une note à ne pas négliger c’est que la permaculture c’est être en harmonie avec la nature. De ce fait, il ne faut pas considérer les ravageurs comme étant des nuisibles. Au contraire, il faut trouver un moyen de cohabiter avec eux tout en favorisant la biodiversité dans le but de créer un bon équilibre.

Quels sont les avantages de la butte de permaculture ?

La butte de permaculture est un moyen efficace et rapide de créer un milieu riche. Tout simplement parce qu’elle est favorable à la microfaune du sol. L’avantage principal de la butte de permaculture est que le sol ne cesse de s’enrichir.

Ceux à qui l’on peut adresser des remerciements dans tout cela sont les excréments de la microfaune  et les champignons décomposeurs. Avec une telle culture, la personne peut alors facilement avoir une terre noble. Et cette terre le restera toujours au fil du temps.

Et même si Dame Nature fait des miracles sur ce point, il ne faut pas oublier que tout cela c’est grâce aussi au paillage. Avec une certaine hauteur par rapport à la surface du sol, la butte est d’une grande aide. En effet, elle facilite le travail avec une modulation possible quand on le veut.

Avec une terre qui reste noble en tout temps, la gestion des adventices est plus simple étant donné qu’il ne faut pas trop se baisser pour les éliminer efficacement. Selon le climat, l’arrosage est peu régulier ce qui permet une bonne gestion de l’eau.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s