Que mange un crapaud ?

Le crapaud est un batracien anoure, c’est-à-dire sans queue. C’est un animal à sang froid démuni de dents. Habituellement, il est considéré comme le mâle de la grenouille mais c’est  loin d’être le cas car ils appartiennent à des espèces très différentes. À la différence de la grenouille, le crapaud ne saute pas, il marche.

Le crapaud présente un physique assez disgracieux. Avec des yeux globuleux, un nez court et arrondi, une large tête et un corps trapu monté sur des pattes antérieures courtes et des pattes arrières plus longues. Sa peau, rêche et sèche, est couverte de saillies formées par des glandes granuleuses qui peuvent secréter un venin. Il est capable de tuer un chat ou un petit chien. Pour repousser les prédateurs et autres animaux, il émet une odeur nauséabonde.

Sa bave, son haleine, sa peau et sa pupille horizontale, représente tout ce qu’il y a de plus répugnant. De ce fait, un peu partout dans le monde, de nombreux contes et légendes lui ont donné des images négatives et effrayantes.

Mythes, légendes et symboles des crapauds

  • En occident

Des sorcières ou des princes charmants métamorphosés en crapaud sont évoqués dans de nombreux contes et légendes occidentaux.

De nos jours, les propriétés médicinales et hallucinogènes que possèdent certains crapauds sont encore utilisées.

  • En Amérique centrale et du Sud

En raison de son venin hallucinogène et toxique, le crapaud faisait partie des cérémonies religieuses païennes.

  • En Asie

En Chine, le crapaud est associé à la lune. Il était censé protéger des tirs d’armes.

Au Viêt-Nam, il est craint car il est l’ami du dieu du ciel et la foudre le protège.

  • En Afrique 

Chez les Pygmées Bambuti, le crapaud est considéré comme un esprit maléfique responsable de l’installation de la mort sur Terre.

Chez les Bambaras, les gens croient que, pendant la saison sèche, le crapaud se transforme en souris.

  • Chez les Égyptiens

La déesse Héqet a une tête de crapaud. Elle est associée au dieu Khnoum qui est le créateur de l’homme, des dieux et des planètes.

Ainsi, le crapaud est souvent associé à la sorcellerie, aux maléfices mais aussi à la laideur.

Dans la bible, plus exactement dans le livre de la révélation ou l’apocalypse, il représente le mauvais esprit.

Au moyen-âge, le crapaud est vu comme le lien qui conduit au diable. On pensait même qu’il se nourrissait en tétant les vaches et qu’il contenait une pierre magique, la crapaudine, qui sert d’antidote à tout type de poison.

Pourtant, malgré son aspect pustuleux et abject, l’animal ne constitue nullement aucune menace pour l’homme. Au contraire, il s’avère même être un allié de taille pour votre potager. Il est utile surtout dans les champs et dans les jardins.

Actuellement, la tendance est au naturel. Pour se débarrasser des insectes qui grouillent dans les jardins sans avoir recours à des pesticides, dame nature a conçu des « Auxiliaires de l’agriculture ». Ce sont les crapauds. En effet, leur nourriture est constituée d’insectes, de cloportes, de mille-pattes, de vers de terre et surtout, de limaces d’escargots et de chenilles.

Ces derniers constituent les pires ennemis des salades et autres légumes et fruits en devenir.  Les crapauds jouent un rôle important dans la destruction de toutes sortes d’invertébrés dont on ne pourrait imaginer l’existence.

Présent partout : dans les forêts, les jardins, les marécages, les fossés, les étangs, dans la plaine comme de la montagne, dans la ville comme dans la campagne, cet auxiliaire est tout ce qu’il y a de plus utile pour la protection des salades. Un crapaud consomme une énorme quantité de petits animaux nuisibles.

Que mange un crapaud ?

À leur éclosion, les têtards, les larves de crapauds, se nourrissent de micro-organisme aquatique qu’on appelle plancton. Arrivé à l’âge adulte, le crapaud commun est exclusivement carnivore.  Il s’alimente d’insectes, de limaces, d’escargots et même des lézards et de petites grenouilles.

Le crapaud a des habitudes nocturnes ou crépusculaires. Généralement il est très actif la nuit. Pour chasser et se nourrir, le crapaud adopte une stratégie plutôt sédentaire. Celle-ci consiste à se poster immobile et attendre le passage d’une proie. Des fois aussi,  il se déplace lentement. Lorsqu’il est assez proche de sa proie, il déploie sa langue protractile couverte d’un liquide visqueux. La proie collée sur la langue est ramenée dans sa bouche en moins d’une seconde.

Dépourvu de dents et de salive, le crapaud écrase sa nourriture sur son palais. Il l’avale ensuite avec de grands efforts. Pour faciliter  l’ingestion de sa nourriture, l’animal rentre ses yeux dans leurs orbites.

En été, le crapaud mène une vie solitaire. L’hiver venu, il se regroupe avec ses congénères. Dès le mois d’octobre, il cherche un endroit où il pourra passer l’hiver.

Par faute d’abris naturel, le crapaud creuse un trou avec ses pattes postérieures. C’est dans ce trou, dont la profondeur peut atteindre jusqu’à une cinquantaine de centimètres, qu’il va se terrer pendant deux longs mois.

Il est alors capable de se terrer dans son trou plusieurs mois, ne vivant que sur ses réserves de graisse uniquement. C’est au printemps suivant qu’il va reprendre une alimentation normale.

Généralités et variétés de crapauds

Le crapaud est ovipare et se reproduit dans le milieu aquatique.

De très nombreuses variétés de crapauds existent. On peut citer entre autres :

  • le crapaud commun,
  • le crapaud vert,
  • le crapaud calamite,
  • le crapaud accoucheur,
  • le crapaud buffle,
  • le crapaud arboricole, etc.

Beaucoup de monde croit que le crapaud vit sous l’eau. En réalité, il passe la plus grande partie de sa vie d’adulte à l’air libre. Le milieu aquatique lui sert uniquement pour la reproduction.  Le reste du temps, le crapaud évolue dans des bois, des prés, des jardins. Comme c’est un animal nocturne, il se cache sous des pierres, des rondins de bois ou dans un trou pendant la journée. Le soir venu, il sort de sa cachette.

Malgré sa démarche assez maladroite, l’animal peut se déplacer très loin sur l’eau. Pour ce faire, il procède par petit bond d’une quinzaine de centimètres.

De nos jours, à cause de l’urbanisation à outrance, le crapaud est victime de la disparition des zones humides, mais également de l’utilisation excessive des pesticides. Ces derniers polluent les rivières et les étangs et empoisonnent ces batraciens. Sans oublier les voitures qui les écrasent par centaines sur les routes.

Des milliers de crapauds se déplacent vers leur site de ponte, au retour des conditions climatiques favorables pour l’éveil et la reproduction. Ils effectuent alors un déplacement massif vers leur lieu de naissance. Pour ce retour aux sources, ils doivent alors parcourir de grandes distances et traverser des routes très fréquentées. Des centaines, voire des milliers d’entre eux périssent alors sous les roues d’automobilistes lors des traversées.

Depuis 1993 le gouvernement français a pris des mesures pour protéger les crapauds. Avec la « Convention de Berne », un arrêté décrétant la protection de ces animaux est mis en application.

Pour permettre à ces protecteurs des potagers et ennemis des destructeurs de salades de migrer plus facilement vers leurs lieux de reproduction, des tunnels de migration d’amphibiens sont creusés sous les chaussées qui franchissent des voies de migration importantes.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s