Zoom sur le Néflier du Japon

Le Néflier du Japon, dont le nom scientifique est Eriobotrya Japonica, s’agit d’un arbre fruitier de la famille des rosacées.     Il est cultivé dans les régions chaudes pour son fruit comestible ou ses feuilles qu’on peut utiliser comme tisane. Il est aussi utilisé en tant que plante ornementale.

Le Néflier du Japon est cultivé en Chine depuis plus de deux milles ans. Au XIè siècle, sous la dynastie Tang, il fut introduit au Japon par un moine. De là, il a gagné l’Asie du Sud. Au  XVIIè siècle, il a touché le bassin méditerranéen puis l’Amérique et toute l’Europe. Puis, il a débarqué en Australie, en Inde et la Nouvelle Zélande.

Dans son habitat naturel, la plante peut devenir envahissante. Le bibassier est cultivé pour ses fruits. Dans les régions tempérées, il peut résister au gel jusqu’à moins 110 C. Dans ces zones, l’arbre est utilisé  comme plante ornementale. Pour se développer et produire des fruits, il a besoin de chaleur et de soleil.

Le nom de la plante, bibacier ou bibassier, vient de « Pipà guo » qui signifie en Chinois fruit en forme de « Pipà » qui est un instrument de musique.

La floraison a lieu en automne ou au début de l’hiver. Les fruits arrivent à maturité à la fin de l’hiver ou au début du printemps. Ce sont des baies de forme ovoïde, de couleur jaune orangé ou ivoire.

La chair très juteuse a un goût acidulé. Elle présente aussi une couleur orangée ou blanche jaunâtre. Le fruit riche en calcium et en vitamine « A » comporte des pépins qui ont une couleur brun noir. La peau est riche en tanins. Les fruits qui présentent des pépins de petite ou de moyenne taille proviennent des meilleurs sélections.

A l’heure qu’il est, obtenir des variétés sans noyau constitue le principal enjeu de cette culture.

Le fruit est produit à grande échelle et commercialisé en Asie, dans la zone subtropicale du continent américain et aussi en Israël ou en Italie.

Les différentes variétés de Néflier du Japon

Habituellement, la forme de la plante varie selon les espèces. En Chine où elle était cultivée pour la première fois, il y a plus de 1 000 variétés. L’Espagne et le Japon n’ont que 102 variétés.

La forme des feuilles est utilisée pour différencier les variétés. On distingue alors deux principaux groupes. Ce sont : le groupe chinois et le groupe japonais.

  • Le groupe chinois est représenté par des arbres à feuilles minces. Ceux-ci donnent des fruits piriformes de couleur orange. Généralement, le groupe chinois est précoce.
  • Le groupe japonais est caractérisé par des arbres à larges feuilles. Les fruits présentent une coloration jaune pâle et sont en forme de poire ou ovale.

Chaque groupe comporte aussi différentes variétés.

Pour le groupe chinois, les variétés suivantes sont recensées :

  • La variété « Tanaka », C’est une variété très tardive, résistante au froid. Elle donne de gros fruits à chair pâle ;
  • La variété « Thales », appelée aussi « Golden nugget » : Elle est proche de la variété « Tanaka ». Elle donne des fruits piriformes avec une chair douce de couleur orangée. Contrairement au « Tanaka », cette variété est hâtive ;
  • La variété dite « Algérie » ou aussi « Algeri » ou encore « Lindl », Les fruits de cette variété sont sucrés mais de petite taille. C’est la variété la plus cultivée en Andalousie ;
  • La variété « Peluche », porte de gros fruits jaune pâle à saveur douce. Elle est tardive ;
  • La variété « Magdal », est très hâtive mais elle donne peu de fruits.

Le groupe japonais est représenté par trois variétés principales :

  • La variété « Advance », Cette variété est caractérisée par des arbres nains. Elle est précoce ;
  • La variété « Champagne », est tardive. C’est la variété la plus commune avec des gros fruits ;
  • La variété « Early red », est la plus répandue aux USA. C’est une variété précoce avec des fruits de couleur rouge orangé.

D’autres variétés plus ou moins importantes existent aussi. Suivant les pays producteurs, on a des variétés australiennes, indiennes et égyptiennes, mais aussi des israéliennes et siciliennes.

En fonction de la maturité des fruits, on distingue :

  • Les variétés précoces, dont « Golden nugget », « Advance »….
  • Les variétés dites mi-saison, comme « Algerie », « Mammoth »…
  • Les variétés tardives, comme « Champagne », « Peluche »…

Utilisation du Néflier dans la vie quotidienne

De l’alimentation jusqu’aux produits cosmétiques, les utilisations de cette plante sont nombreuses.

  • En alimentation

Les fruits du Néflier du Japon peuvent être consommés frais, crus ou cuisinés.  Des boissons, comme le sirop, le vin et même des liqueurs, peuvent également être obtenues.

Les plus grandes feuilles du bibassier sont utilisées pour faire un excellent thé. C’est très prisé en Chine et au Japon.

Les feuilles et les fleurs du Néflier du Japon possèdent aussi des vertus thérapeutiques. Les fleurs séchées sont utilisées en tisane et elles peuvent également servir de cataplasme.

Dans la médecine traditionnelle chinoise, le feuillage est aussi utilisé pour soigner les plaies et traiter les problèmes respiratoires liés à la toux.

  • En arboriculture

Le bibassier peut servir comme porte-greffe pour le poirier. Il donnera ainsi un poirier peu robuste et tardif.

Par son feuillage persistant, le bibassier est aussi utilisé comme plante ornementale. Sous ombrage, les feuilles sont plus grandes qu’au soleil.

Outre cela, le Néflier du Japon est une espèce mellifère. Les inflorescences parfumées forment de grappes retombantes qui lui donnent un aspect très exotique.

Conseils pour la culture et l’entretien du Néflier du Japon

  • La multiplication

Le néflier du Japon peut se multiplier par semis. Les plantes obtenues à partir de cette technique ne donnent pas des fruits avant 8 ou 10 ans. La fructification est tardive.

En ce qui concerne les autres méthodes de multiplication, le greffage est la plus utilisée. On peut alors procéder à une greffe en écusson sur un néflier commun, sur un cognassier ou sur de l’aubépine. Sachez que les arbres greffés produisent des fruits plus rapidement. En effet, ils en produisent après seulement deux ans.

Le marcottage aérien est aussi conseillé et cité comme une technique sûre, mais il est considéré comme difficile à réaliser.

La période idéale pour la plantation se situe entre mi-août et mi-septembre. Entre chaque plant, une distance de 4 mètres doit être respectée.

La culture de cet arbre nécessite un sol bien drainé et exposé au soleil.

  • L’entretien

Après la récolte des fruits, il est nécessaire de procéder à la taille des arbres. Tailler annuellement permet d’aérer l’intérieur de l’arbre. La taille réduit l’arbre en hauteur et supprime les rameaux qui ont fructifié.

Pour faciliter la récolte, la taille en gobelet demi-tige est la plus adaptée. Pour obtenir de gros fruits, il faut aussi éclaircir et ne laisser que 2 à 3 fruits par main.

Au Japon la mise en sac permet d’accélérer la maturation des fruits. Ce procédé permet aussi de les protéger des oiseaux qui en raffolent.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s